SoLion entre puissance artistique et vision consommatrice

SoLion, un des membres du groupe STZ explique les difficultés traversées lorsqu’ils ont décidé de se lancer dans le monde musical. Entre le financement et le fait de vivre avec son temps, la musique ne semble pas être de toute simplicité pour CR-VM, Vesqui, Widdy, Neimad, SoLion ou encore Mass’high et Elix.

Mohamed, se faisant appeler SoLion, partage la difficulté de se lancer dans la musique. D’après le rappeur, produire des chansons représente un investissement important. « Heureusement que l’on est nombreux dans le groupe, chacun participe un petit peu. Les prix montent très vite », déclare-t-il. Il poursuit en expliquant qu’ une séance d’enregistrement en studio avoisine en moyenne les 20 euros. Cela varie en fonction de la personne, sa notoriété et le service qu’elle propose. Pour obtenir un contenu de qualité, il faut compter minimum 100 euros juste pour l’enregistrement. « Ca peut paraître rien dit comme ça, mais quand on débute, qu’on fait du rap dans sa chambre et qu’on a à peine de l’argent de poche pour acheter ses cigarettes, c’est très compliqué » se confie Mohamed.

Un problème de visibilité

Une fois que l’enregistrement est payé et terminé, la question de la diffusion du titre reste en suspend. Bien qu’il existe de nombreuses plateformes gratuites tel que youtube pour développer son contenu, chaque artiste ressent l’envie de se produire sur scène. Encore une fois, louer un lieu avec une scène et pouvant accueillir du public représente un coût important. « Lorsqu’on débute, on n’a pas de public fidèle si ce n’est notre famille. On ne peut pas garantir à un loueur de salle que les entrées seront suffisantes » avoue SoLion. Cependant, dans le milieu du rap, il existe une solution permettant aux artistes de se produire sur scène. Mohamed appelle cela des « open mic ». Plusieurs artistes ont la possibilité de monter sur scène et faire découvrir leurs créations à des oreilles attentives. Selon les membres du groupe STZ, il s’agit d’un fonctionnement idéal pour débuter. Cela permet de se produire gratuitement, mais surtout de se faire des contacts et parfois, offre de grandes opportunités tel que de faire des premières parties de concerts.
Mohamed indique finalement que « se lancer en tant qu’indépendant c’est dur, la qualité du contenu joue beaucoup et c’est un investissement, mais c’est toujours possible d’y arriver. C’est à nous de le rendre rentable. » Il semblerait que le financement ne soit pas l’unique clé du succès.

« Soit ça prend, soit ça ne prend pas. Il faut être au bon moment au bon endroit »

« Il y a aussi une part de chance, ou de hasard en tout cas » a annoncé le rappeur. Dans le rap, ou la musique de manière générale, il faut savoir saisir sa chance. SoLion explique que selon lui, il existe un bon nombre d’artistes qui étaient très doués. Malheureusement ils étaient parfois trop avant-gardistes. C’est la raison pour laquelle ils ont pris plusieurs années à se faire connaître, et d’autres sont toujours dans l’ombre.

Parmi ces artistes, les noms de Laylow et Népal ressortent dans la bouche du rappeur. « Laylow commence a peine a se faire connaître alors qu’il a toujours fait du contenu de qualité. Il est là depuis des dizaines d’années. C’est pareil pour Népal » dit-t-il.

SoLion conclut donc en expliquant que de nombreux artistes avaient beaucoup de talents mais n’étaient pas reconnus à leurs juste valeurs car ils n’avaient pas forcément les moyens financiers mais surtout parce qu’ils n’étaient pas là au bon moment avec un public qui est prêt à écouter ce qui est proposé. Népal écrivait des textes qualifiés comme étant « trop puissants » mais pendant un long moment, ils ne plaisaient pas. C’est pour cela qu’au-delà du financier, lorsqu’une personne débute, il faut faire attention de trouver le bon juste milieu entre ce que l’on veut faire et ce que le public est prêt à entendre. « La vision artistique et la vision consommatrice de la chose est très différente » termine Mohamed.

Léïne Touala.

Compétences

Posté le

25 mars 2022

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.