Les déchets hospitaliers : comment résoudre ce problème

Le développement durable est un des enjeux majeurs du XXIe siècle. L’écologie est en effet un sujet incontournable de nos jours. Les hôpitaux n’y échappent pas et se doivent de trouver une solution pour trier leur déchets

Un établissement de santé génère en moyenne plus de 40 types de déchets. Les hôpitaux produisent près de 700 000 tonnes de déchets par an ce qui représente plus d’une tonne par lit . Cela représente 3,5 % de la production nationale avec un coût de traitement qui s’élève de 2 à 5 euros par jour et par patient. Les établissement hospitaliers sont donc confrontés à un soucis logistique auxquels ils s’efforcent de faire face avec notamment des point prioritaires

Déchets alimentaires et organiques

https://www.presseorange.net/wp-content/uploads/2021/03/MicrosoftTeams-image-1024×554.png

Un établissement de santé avec une activité Médecine – Chirurgie – Obstétrique produit de 10 à 30 tonnes de déchets alimentaires par an.  Une simple adaptation des quantités des repas que ce soit pour les employés ou les patients ainsi que la mise en place de poubelle de tri sélectif peut occasionner une baisse du gaspillage alimentaire de près de 30 %. De plus, les déchets organiques pèsent considérablement dans les poubelles mais également dans le budget. En effet, ils sont composer de 60 à 90 % d’eau. L’incinération ou l’enfouissement ne sont donc pas des modes de traitement adapté pour ce type de déchets. Pour cela, la solution la plus simple est l’emploi du compost. Son utilisation va permettre la réduction du volume et du poids des déchets. Cela va également occasionner un traitement beaucoup moins polluant de ceux-ci

Déchets liés aux bouteilles d’eau

En moyenne, les hôpitaux relèvent une consommation qui est équivalente à 1000 bouteilles d’eau par lit. Cela représente une quantité de plastique s’élevant à des dizaines de tonnes par an. Pour cela, des solutions simples peuvent permettre de limiter cette production. Par exemple, la mise en place de fontaines reliés à un réseau d’eau potable évite l’utilisation des bouteilles. L’emploi de bouteilles plus grande permet également de limiter la quantité de celles-ci. Ces actions permettraient ainsi d’économiser 500 bouteilles par lit et par an soit une réduction d’environ 50%.

Déchets matériels

Dans un établissement de santé, l’utilisation de cartons peuvent représenter jusqu’à 50 tonnes de déchets par an. Le même problème se pose avec les gobelets qui s’élève à 16 000 tonnes par an dans toute la France ainsi que pour le papier qui présente les mêmes inconvénients d’usage unique. Plusieurs solutions ont été mise en place dans les hôpitaux pour réduire la quantité de déchets. On peut notamment citer l’installation de nouveaux emballages pour contrecarrer le problème de l’usage unique ainsi que l’utilisation de ramettes de feuilles plus fine afin d’économiser le papier. Ces différentes solutions ont permis une nette baisse des déchets matériels.

Compétences

Posté le

9 avril 2021

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *