La thérapie sportive pour lutter contre le cancer

par

 Les patientes profitant d’une séance d’escrime avec un professionnel de l’association/ crédit Marco Gasparini

Une diminution du stress, des douleurs et de la fatigue… Les bienfaits de l’activité physique en cancérologie sont aujourd’hui certains. Il est conseillé de débuter une activité sportive dès que possible après la chirurgie ou pendant les traitements. Certaines études révèlent une réduction de 50 % sur les récidives de cancer en pratiquant du sport.

Plusieurs études scientifiques démontrent l’intérêt de pratiquer une activité physique adaptée après un diagnostic de cancer. Le sport permet en effet d’améliorer la qualité de vie, le pronostic de la maladie et de diminuer le risque de récidive et de mortalité. “Afin d’obtenir de vrais résultats pour le cancer du sein, il faut dépenser 9 Met (unité de mesure de l’intensité physique) par semaine, ce qui correspond à « 3 heures de marche à un rythme régulier », explique un oncologue toulousain.

“L’acceptation de mon état était difficile” 

Obtenir les résultats escomptés n’est pas si simple. Bien au contraire, c’est une épreuve. Christine, 43 ans, témoigne de son expérience, alors qu’elle était atteinte d’un cancer du sein. “J’étais sportive mais le rythme imposé par le corps médical était compliqué. Avec une opération et de nombreux examens, c’était un défi de tous les jours. Il m’a fallu accepter de passer de 7-8 heures de sport par semaine à quelques minutes de marche à allure réduite vu les nausées et les douleurs. La douleur physique était dure, mais l’acceptation de cet état en revanche était plus difficile” raconte-elle.

Près de 4 200 patients suivent la thérapie sportive

Pour faire pratiquer la thérapie sportive aux 4 200 patients en France, il faut des professionnels comme Guillaume Renaud, praticien en thérapie sportive pour l’association Cami Sport. “On a la chance de pouvoir travailler avec les hôpitaux, cela nous fournit des locaux pour travailler dans de bonnes conditions. C’est essentiel pour nous, car la thérapie dure plus de 6 mois et il y a plus de 200 patients engagés à Toulouse actuellement” explique-t-il. Par son expérience professionnelle, il recommande à toutes les personnes souffrantes de suivre la thérapie sportive: le sport n’est pas bon que pour le moral et le physique, il sauve aussi des vies !

Pour aller plus loin

Découvrez la carte sur les associations de thérapie sportive en France

Dans les coulisses

Découvrez l’article sur les coulisses de la création d’un article pour Presse Orange

Ne manquez pas les autres articles