« J’étais à deux doigts de l’overdose »

Rencontre avec Rémi*, 31 ans, ancien toxicomane. Dans cette interview, il me confie son combat contre l’addiction, qui le suis depuis l’adolescence.

*nom d’emprunt car il a souhaité garder son anonymat

Quand avez-vous commencé à prendre des drogues ? 

J’ai commencé à prendre des drogues assez tôt, dès la 4ème. Au départ c’était du cannabis à petite dose. Puis ça n’a plus suffit et j’ai eu besoin de plus. C’est un cercle vicieux, une fois qu’on y est entré on a beaucoup de mal à s’en sortir.

Aviez-vous des raisons particulières pour commencer à en prendre ?

Pas particulièrement non. J’ai eu une enfance normale et des parents présents pour moi. Je dirais que j’ai commencé pour faire comme mes potes. Ça paraissait « stylé » de faire ça. Et puis je les voyais, ils avaient l’air apaisés donc ça m’a donné envie de tester.

Qu’est-ce qui vous a motivé à arrêter ?

C’est ma famille. Je me rendais pas compte que je devenais un cadavre mais eux si. Je me suis déjà « engueulé » avec eux parce que je ne me rendais pas compte de la gravité des choses. Un jour, je suis allé les voir pour un repas sauf que je suis arrivé « défoncé ». J’avais pris du fentanyl et des opiacés. J’étais à deux doigts de l’overdose, vraiment. Et là j’ai compris, j’ai compris que j’étais allé trop loin et que j’avais besoin d’aide. 

Comment vous y êtes-vous pris ?

Au départ, je ne savais pas trop par où commencer. Je suis allé dans une association qui vient en aide aux toxicomanes. J’avais peur d’être jugé et de ne pas réussir à m’en sortir. Mais j’ai été bien accueilli, on m’a rassuré et j’ai pu commencer une thérapie. On ne le sait pas forcément mais ce type d’association met en place beaucoup de choses pour les toxicomanes. Et ça m’a vraiment aidé.

Et aujourd’hui où en êtes-vous ? 

Aujourd’hui je suis complètement sorti de la drogue. Ça été très dur au début mais maintenant je n’ai vraiment pas envie d’y retoucher. Grâce à l’association, j’ai réussi à trouver un emploi stable. 

Yanna Durand

Compétences

Posté le

25 mars 2022

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.