Kevin, étudiant en sixième année de médecine, nous partage son expérience et nous donne son avis sur ses études supérieurs dites l’une des plus dure de notre temps.

Résultat de recherche d'images pour "médecin"
-Pixabay

 Kevin est en sixième année de médecine à Toulouse. Pour lui, la médecine est avant tout une vocation qu’il rêve depuis son plus jeune âge et qu’il a la chance de réaliser. Avec environ neuf à dix heures de révision par jour, Kevin fait souvent parti du meilleur quart des étudiants dans les exercices. Motivé à gravir le classement, le jeune étudiant n’est pas encore tout à fait décidé sur sa future vocation mais a malgré tout une préférence pour la cardiologie.

La médecine, attentes vs réalité

“Je ne pensais pas que ça serait aussi exigeant, le dicton qui dit que la première année est la plus dure est faux”. Voilà qui en dit long sur le travail demandé. Kévin affirme cependant que la deuxième et troisième année sont les moins chargées et qu’on peut facilement combiner travail et fête, celui ci ayant consacrer sa troisième année à un voyage erasmus a Lisbonne. En revanche, qui dit quatrième année dit début de l’externat. A la fois étudiant et salarié de l’hôpital à enchaîner les gardes de jour comme de nuit. Ces trois années ne laissent pas de place au laisser aller. 

Et après ?

A la fin de la sixième année, le classement au concour détermine la spécialité et le secteur géographique où effectuer son internat. Pour ce qui est du nombre d’année d’étude restant, il dépend de la spécialité choisie (entre 3 et 6 ans). Malgré le travail de longue haleine effectué et restant, Kévin ne regrette rien et affirme qu’à titre de connaissances :  “on a énormément de chance car on voit des choses que beaucoup ne verront jamais”

Et pour ceux qui, comme Kevin, rêvent de consacrer leur vie à celle des autres…

“Il ne faut jamais écouter les on dit, Même si c’est difficile il faut se lancer au risque de le regretter toute sa vie”. Kévin enchaîne avec humour que se planter la première année n’est pas un drame mais que “ça fait parti du processus” puisqu’il a lui même redoublé sa première année. 

-Elisa Jordan