A l’heure où Netflix est au sommet de son art et où de nombreuses chaînes de télévisions se livrent une guerre sans merci pour divertir toujours plus leurs clients, trois étudiants de la ville rose ont décidé de créer leur propre série : Bluegnac.

Une série 100% toulousaine



De gauche à droite : Bradley, Sam et Maxime posant fièrement devant les télés du campus IGS qui projettent leur affiche «Bluegnac»
Crédit : Yohan Lemaire

C’est dans le cadre de leur étude de communication que Sam, Bradley et Maxime alias Fausto, Riccardo et Marcelito ont eu cette idée un peu folle et décalée de «concurrencer» le géant Netflix. Tout est parti de ce cours de référencement web durant lequel leur professeur demande à l’ensemble de la classe de créer un contenu original autour d’un mot inventé : Bluegnac. Les trois amis qui sont donc à la fois les réalisateurs et les comédiens ont, en seulement deux mois, crée, tourné et monté leur propre série originale avec seulement un Iphone 6. La série produit par Netplouk Parodies comporte 3 épisodes d’une dizaine de minutes chacun. Le premier épisode des trois est sorti le mercredi 13 Novembre à 20 heures. Les autres ont suivi au rythme d’un épisode par semaine le mercredi soir toujours à la même heure. Mais quel est donc le thème évoqué dans cette série ? Bluegnac met en scène deux jeunes amis mettant au point une nouvelle drogue appelée «Bluegnac», le fameux mot. Celle-ci fonctionnant très bien dans la région toulousaine, elle va attiser les convoitises d’un baron de la drogue. Le communiqué de presse nous met dans l’ambiance «Par l’intermédiaire de Fausto, son bras droit, il va tout faire pour barrer la route aux deux étudiants».

«Une expérience folle»

Ces mots sortis de le bouche de Bradley Garcia sont le reflet de ce qu’ont ressenti les 3 jeunes hommes pendant ces 2 mois. Il rajoute «On part d’un petit projet, rendu concret grâce à l’école et tout le monde parle de nous. On remercie tous nos copains qui se sont investis à fond dans la série». Même son de cloche du côté de Maxime Courdert alias Marcelito qui nous confie «Même si ça été dur de jongler entre les cours, les tournages et la vie quotidienne, on aimait trop tourner donc la série s’est réalisée assez facilement». Une aventure scolaire, au cours de laquelle ils se sont classés second dans le cadre de leur cours de référencement mais surtout une aventure humaine qui leur a fait apprendre de nombreuses choses sur eux. Sam Mendousse le réalisateur nous livrait «on a reçu beaucoup d’avis positifs sur la série, ça donne envie de continuer et de s’améliorer ». Un courrier a particulièrement surpris Sam, Bradley et Maxime. Celui de Jean-Luc Moudenc, actuel maire de Toulouse. La série ayant été relayé par de nombreux médias tels que La Dépêche ou encore France 3 le maire de la ville rose a envoyé ce courrier pour féliciter les étudiants.



Photo issu de tournage mettant en scène Marcelito concoctant la fameuse drogue «Bluegnac»
Photo libre de droit

En route pour une saison 2 ?

La fin de cette saison nous laisse sur notre faim avec notamment cette phrase «Le plan parfait n’existe jamais» et un Fausto plus déterminé que jamais à se venger. Avec environ 6500 vues cumulés, Bluegnac est une réussite. Ce qui pousse les 3 étudiants à vouloir continuer l’aventure. Maxime nous admet qu’il ne sait pas encore quand aura lieu cette possible seconde saison. Mais Bradley promet «que ça va continuer». Pour Sam «L’aventure ne fait que commencer». On en redemande !

Le travail acharné des 3 étudiants se fait ressentir. Ils nous montrent que même sans de grands moyens il est toujours possible de réaliser des mini-séries de qualité. Rafraîchissante, drôle et actuelle la fameuse recette «Bluegnac» a fonctionné et promet un bel avenir aux 3 jeunes hommes.

Yohan Lemaire