Sur des bouts de papier, dans un journal ou encore dans des livres, l’écriture nous entoure de toute part. Par loisir où professionnellement ses bienfaits sont multiples. Zoom sur cette activité bien trop sous- estiméé.

En France, près de 11 millions de personnes déclarent écrire fréquemment selon l’OBS. Au-delà d’un passe-temps, d’une matière enseignée à l’école, l’écriture trouve sa place dans les foyers français, et ce pour de multiples raisons. 

Scientifiquement, l’activité est bénéfique 

Dans les salons de lecture du dix-huitième siècle, l’on semblait déjà admettre l’importance des mots et des écrivains. Mais c’est le professeur de psychologie James Pennebaker qui a mené des siècles plus tard les études ayant permis la reconnaissance des bienfaits de l’écriture. Son expérience de six semaines a démontré que ceux qui écrivent régulièrement et extériorisent leurs pensées voient leur bien-être psychique augmenter tout comme leur défense immunitaire. Ses travaux ont été les premiers d’une longue série qui n’ont fait que confirmer la place de la pratique en tant que véritable science. Le fait scientifiquement avéré, de nombreux écrivains se sont lancés dans l’aventure. Aujourd’hui en France, plus de 100.000 auteurs sont ainsi rémunérés pour leurs écrits.

Les mots, un élan d’espoir

Les bienfaits reconnus, nombreux sont les écrivains décrivant un besoin d’extérioriser, d’exprimer. Leurs bienfaits peuvent également être thérapeutiques. En exemple, le livre « Une vie pour une Vie » écrit par Nôa Berneron réalisé en coécriture avec son père et une amie. Il s’agit d’une œuvre autobiographique qui raconte son histoire. Celle d’une petite fille hospitalisée, en dialyse, souffrant d’une maladie, en attente d’une greffe de rein. Cet exemple est celui des mots qui ont servi de remède.

« C’est un élan d’espoir pour toutes les personnes malades qui souffrent de quelque chose » 

 « Ça a fait du bien à mon père et à notre amie, psychologiquement même s’ils se sont acharnés des heures à trouver les bons mots »

« Ce livre c’est un cahier, un stylo, des souvenirs, des émotions couchées mot par mot, des larmes, des sourires »

Le concours Nougaro : l’écriture comme défi 

Mais au-delà de la maladie ou du passe-temps, les mots peuvent aussi devenir un défi. C’est ce que propose le concours toulousain Nougaro

Ce prix annuel récompense une oeuvre inédite, sur thème libre, écrite en français, dans une de ces quatre catégories : Nouvelle, scénario, musique ou bande dessinée. Les deux rappeurs Bigflo et Oli sont d’ailleurs d’anciens participants du concours. «C’est une manière de relever un défi, c’est très stimulant comme expérience » déclare Marie Sauviac, une ancienne participante du concours. La région Occitanie met donc en place un événement ludique attestant de l’importance des mots, sans cesse grandissante dans nos vies. « C’est un concours aux multiples thèmes où l’on accompagne les créateurs», « C’est un projet qui va évoluer mais se maintenir » affirme Karen Piotrowski chargée de mission au service industries créatives.

L’écriture prend donc sa place dans la société. Elle peut être un remède, un défi, ou simple passe-temps. Mais nul doute que c’est un acte aux mille bienfaits tant moraux que physiques. 

Tous à nos plumes ! 

Laberenne Lucas