L’un des enjeux majeurs de la ville rose aujourd’hui est inévitablement la propreté urbaine. Avec plus de 2800km de voirie sur 37 communes, Toulouse déploie tous les moyens possibles pour permettre à ses habitants de vivre dans de bonnes conditions et d’y contribuer : brigade en civil, prévention à travers des panneaux d’affichages, applications mobiles… tous les moyens sont bons pour faire de la ville rose un endroit sain et propre.

Au cœur de la capitale occitane, la place du Capitole, grande de ses 12 000m2, est un exemple de propreté. Et pour cause, des sanisettes gratuites à disposition, des poubelles et même des « toutounet » pour les déjections animales à proximité de la place permettent de la garder le plus propre possible. Car en effet, depuis 2015, la ville rose s’applique à ne pas ternir ses couleurs. Un plan propreté a été mis en place. L’objectif est simple. Entre 2015 et 2020, faciliter le nettoiement de l’ensemble de la voirie toulousaine, sensibiliser ses acteurs principaux : « Monsieur tout-le-monde ne doit pas être surpris en train de pisser dans la rue, de jeter son mégot ou encore de laisser les merdes de son bulldog anglais derrière lui » nous rappelle Stéphane, agent de la BCI (brigade contre les incivilités). « Avant, j’étais à la brigade de sensibilisation, mais quand ils se sont rendus compte qu’il n’y avait plus personne à sensibiliser, ils ont commencer à punir. C’est là que la BCI a commencé » poursuit-il. En civil, Stéphane juge des incivilités dans les rues de Toulouse. Et les incivilités peuvent coûter très cher… 450€ pour déchet jeter dans la rue ou pour déjections animales (a noter que l’on compte en moyenne 300 déjections canines par jour), 750€ pour un dépôt gênant la voirie et jusqu’à 3750€ (accompagné de TIG) pour un tag. « Des amandes colossales, oui. Mais à la hauteur des incivilités » conclue Stéphane, lassé de voir la ville où il a grandi dégradé sans raison. Peut être lassé aussi de prévenir ceux qui n’écoutent qu’eux…

Mieux vaut prévenir que guérir
Malgré les décisions drastiques prises par la Mairie, la ville a quand même décidé de mettre l’accent sur sa communication dans l’optique de sensibiliser une nouvelle fois les toulousains. Toutes les mesures pénales ne pouvant être appliquées compte tenu du nombre d’ « infractions » de cet ordre là, il faut aussi faire passer un message. C’est comme ça qu’en 2017, l’AVPU (association des villes pour la propreté urbaine) a organisé un classement de l’implication des villes membres dans la remise en état et la préservation de la propreté de leurs rues. Toulouse a ainsi remporté le trophée de la meilleure communication grâce à la présentation de Carine Fronzes, coordinatrice des pôles voirie de Toulouse Métropole. « Sensibiliser ce n’est pas seulement expliquer aux gens, c’est aussi les impliquer dans ce que nous faisons » explique Carine, dont les panneaux d’affichages s’exhibent encore aux quatre coins de la ville rose.

Allo Toulouse : les citoyens s’investissent
Si certains aujourd’hui font preuve d’incivilité en dégradant la ville, d’autres compensent en les dénonçant. Cette application, Allo Toulouse, permet de témoigner des dégradations, permettant à la police d’intervenir. Elle permet aussi de prendre rendez vous pour le ramassage des déchets verts ou encore consulter les horaires de collecte et les adresses utiles. En bref, on parle bien d’une appli pratico-pratique qui implique les gens dans le respect de leur ville. Et avec près de 20 000 utilisateurs, l’outil numérique se veut de plus en plus utile. D’autant plus qu’il est aujourd’hui très difficile de prendre en flagrant délit d’incivilité… De quoi servir la prévention citoyenne et redonner le sourire à la brigade de la BCI !

Contacter Allo Toulouse : 05 61 222 222

ICI : une page Facebook consacré à préserver la propreté de la ville rose