Face au « trop plein » de médicaments et à leurs effets indésirables, de plus en plus de Français se tournent vers la médecine complémentaire. Naturopathie, phytothérapie ou encore réflexologie sont très en vogue aujourd’hui.

Le temps passe et les ordonnances s’allongent. A l’heure où un senior sur trois ne consomme pas moins de sept médicaments par jour des questions se posent. La médecine dite complémentaire ou alternative peut-elle résoudre tous les maux ? Assiste-on à un retour en puissance de ces méthodes parallèles datant du XIXème siècle ? 

Selon Marie-Pierre Taurel, naturopathe à Toulouse, cette forme de médecine alternative qui fait son retour depuis quelques années n’a jamais été aussi complémentaire : « la médecine actuelle est une bonne médecine de l’urgence. Actuellement les deux collaborent, surtout dans le domaine de l’Oncologie ».

D’après cette infirmière formée à la naturopathie, la discipline, dont aucune école n’est encore reconnue dans l’hexagone, vise une immunité de l’organisme plus physiologique, sans amener les effets secondaires des médicaments dits « classiques ».   

Des pratiques alternatives en pleine mue

Les médecines complémentaires gagnent peu à peu du terrain dans un pays dont les instances fuient ces thérapies d’après Michel Odoul, fondateur de l’institut français du Shiatsu : « nous avons en France une médecine officielle légèrement crispée sur son territoire ». C’est dans son centre de formation parisien que depuis 1996 sont enseignées les médecines chinoises de demain.

 Le fait de penser que ces méthodes parallèles pourraient à terme remplacer la médecine classique est selon le praticien « un rêve de perfection ». Ces différentes méthodes sont expliquées dans son dernier livre sorti en 2018, Dis-moi où tu as mal je te dirais pourquoi.

 « Les compléments alimentaires ne sont pas à prendre tel un traitement prescrit »

Pour Yohan Benoît, responsable de production chez France Ginseng, les compléments alimentaires produits par son entreprise « ne sont pas à prendre tel un traitement prescrit par un praticien ». Le bénéfice connu et reconnu de ces plantes peut tout de même accompagner et compléter certaines thérapies. France Ginseng commercialise depuis 2017 des compléments alimentaires à base de Ginseng 100% français. Un détail qui n’en est pas un, l’entreprise étant le leader européen de la culture de cette plante asiatique nécessitant un ombrage permanent et dont les premières récoltes ne peuvent avoir lieux que six ans après la semence. Un savoir-faire récompensé il y a peu, lors du dernier salon Made in 31 honorant l’innovation départementale : « C’est une fierté car on se bat au quotidien pour ça, on ne compte pas nos heures, c’est une vraie consécration » conclut Yohan Benoît.

Même constat pour le docteur Nelly Million, médecin généraliste. Pour cette dernière, la prise de compléments alimentaires n’est pas un problème « à condition que cela n’empêche pas les patients de prendre leur traitement allopathique quand il est nécessaire de vraiment traiter ».

Une médecine classique « de l’urgence » pouvant être complétée de façon raisonnable par les différentes pratiques alternatives.