Située en plein coeur de la commune de Blagnac, l’Arche en pays toulousain a vu le jour en mars 2012 dans un seul but : permettre aux personnes handicapées mentales de retrouver une place dans la société. La jeune communauté déborde d’initiatives pour permettre à ces personnes de s’intégrer. La dernière idée en date : l’ouverture d’un restaurant entièrement tenu par des personnes handicapées.

C’est non loin de l’église Saint-Pierre que la communauté de L’Arche en pays toulousain accueille 44 personnes handicapées mentales, réparties dans 3 foyers et ateliers. C’est dans son optique de diversifier ses activités sur différentes activités, telles que le maraîchage bio, la sous-traitance et accueil de séminaires qu’a émergé l’idée de créer un restaurant, ouvert au grand public et géré dans son intégralité par les membres de la communauté. Les activités de l’ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) de l’Arche en pays toulousain se divisent en trois ateliers : le maraichage, la sous-traitance et le restaurant. Plus un atelier occupationnel qui rassemble les personnes qui ne peuvent pas être salariés

« L’idée c’est de les faire progresser en interne et après, selon leurs envies, leurs possibilités et capacités, de les amener à aller autre part s’ils en ont envie »

La finalité de la communauté dépend des projets des membres. Tous ont un projet individuel, comme l’explique la responsable du restaurant : « certains préfèrent rester ici, d’autres sont amenés à aller faire des stages à l’extérieur pour voir comment ça se passe autre part ». L’objectif est de leur faire prendre confiance en eux. Pour le moment, aucun membre ne souhaite quitter la communauté, preuve de leur attachement et de la réussite de la communauté de les aider à s’intégrer dans la société et ne pas porter attention au regard des autres.

La communauté de l’Arche en pays toulousain comporte une cinquantaine de membres avec handicap, donc une quarantaine qui vit ici toute l’année, dans trois foyers différents. Deux sont situés ici, dans le centre de Blagnac, et un à Andromède. Les membres restants vivent soit chez leurs parents, dans leur propre appartement, seul, ou bien dans d’autres structures adaptées à leur handicap.

Un restaurant ouvert à tous entièrement géré pas des handicapées mentaux

Le restaurant accueil chaque jour environ 75 couverts, avec une moyenne de cinq personnes venues de l’extérieur. Depuis sa restauration il y a quelques mois, en août dernier, et la création d’une nouvelle extension, le restaurant de l’Arche est en capacité d’accueillir des séminaires, entre 2 et 3 par semaines, et jusqu’à 100 couverts.

Durant les repas, les membres de l’Arche en pays toulousain mangent soit ensemble ou bien seuls, comme ils le souhaitent. Les personnes venues de l’extérieur quand à elles sont servis « à l’assiette », avec un dessert différent de celui des internes. Cela oblige donc les membres handicapés à effort de présentation et à gérer la pression du service.

Pour Anthony, jeune membre handicapé, la journée se fait en suivant un protocole avec les taches précises à effectuer. Il débute sa matinée en cuisine, avant de passer à 10h en salle pour aider à préparer le repas, puis retourne en cuisine l’après-midi. L’idée est qu’il y ait une polyvalence en cas de manque, pour que la personne absente puisse être remplacée aisément. En tout, sept personnes travaillent quotidiennement au restaurant, donc une seule vit au foyer à plein temps.