À l’heure où le sexisme, l’homophobie, le racisme et tout autre mépris pour les « minorités » persistent dans notre société, le gouvernement et des associations se sont engagés afin de lutter contre ceux-ci, dès le plus jeune âge. 

L’École est, entre autre, un important lieu de discriminations. Le gouvernement et plusieurs associations se sont engagés afin de contrer cela. Souvent qualifiées de « problématiques invisibles », les discriminations peuvent entraîner des conséquences dramatiques. La sensibilisation anticipée aurait donc une connotation plus importante.

La délégation Dilcrah a pour objectif d’éduquer contre les préjugés et les stéréotypes. Elle permet de donner une nouvelle impulsion à la lutte. Elle a fait rentrer la lutte contre les discriminations dont le racisme et antisémitisme au sein de l’enseignement scolaire. Grâce à cela, ces enseignements sont partie intégrante de l’enseignement moral et civique (EMC), matière enseignée au collège.

Au programme, la discipline comporte différents chapitres en lien avec la lutte contre les discriminations. L’enseignement s’approfondit « particulièrement en cinquième », selon une professeure du Collège les Pins dans l’Hérault, « mais plus largement, tous les niveaux peuvent être concernés par des cours, ateliers ou échanges sur ce thème ». En 2018, le programme a subit quelques ajustements. Il insiste sur trois finalités dont le respect d’autrui dès le cycle 1. Cette étude sur les représentations permet d’aborder « l’autre » en travaillant sur les différences et les préjugés. L’objectif est de mettre le doigt sur les stéréotypes afin de les déconstruire par la suite. La prise de conscience des attitudes discriminatoires oblige les élèves à aborder la notion de tolérance. 

L’intervention des associations

En plus d’une intégration des discriminations dans les programmes scolaires, des associations oeuvrent au sein des collèges. Depuis 2015, la lutte contre les « LGBTphobies » est également abordée dans le cadre de l’enseignement moral et civique. Les personnels de l’éducation nationale sont formés à cette prévention. Les associations qui agissent en faveur de la lutte reçoivent par ailleurs des soutiens financiers. Cinq de ces associations ont été agréées par le ministère de l’Éducation nationale. 

La France est un pays où la diversité religieuse est importante. L’association Coexister intervient depuis 2009. Elle organise notamment des ateliers de sensibilisation en milieu scolaire. Elle apprend aux plus jeunes à construire l’unité grâce aux différences. 

L’association SOS homophobie possède plusieurs délégations territoriales afin d’assurer le bon relais de ses interventions. L’objectif est d’expliquer et de sensibiliser à l’acceptation des orientations sexuelles. L’association possède un agrément national du Ministère de l’Éducation nationale au titre des associations complémentaires de l’enseignement public. Elle est intervenue en milieu scolaire avec 1 150 classes sensibilisées durant l’année 2017/2018 contre 225 en 2004.