Face aux problèmes de gaspillage et de précarité, Identité Mutuelle et d’autres de ses partenaires proposent les frigos solidaires. Un concept nouveau qui se développe sur Toulouse.

30% de nourriture gaspillée en France par mois et par individu c’est ce qui a fait réagir les bénévoles des Frigos Solidaires. On compte 1 700 bénévoles qui s’activent, chaque jour, à récupérer ces trésors alimentaires pour les répartir dans les frigos. La ville rose dispose de son tout premier frigo solidaire créé par le BDH, l’association humanitaire de l’école de commerce de Toulouse TBS  (Toulouse Buisness School). Une idée qu’ils souhaitent développer avec leurs partenaires : l’association des Frigos Solidaires et l’association du développement durable de TBS. Ouvert à tous, les frigos sont une manière de partager les produits alimentaires et de lutter contre le gaspillage.

Le concept est simple : je dépose les produits que je ne vais pas consommer, j’appose une étiquette (date du partage du produit) et tout le monde peut se servir. La nourriture dans ces frigos provient essentiellement des commerçants aux alentours. Il s’agit d’invendus, de produits avec une date recommandée de consommation atteinte ou légèrement dépassée, mais sans qu’il puisse y avoir le moindre danger. Une méthode innovante qui accompagne les consommateurs vers une consommation durable tout en créant un lien social. Le plus souvent la prise en charge est faite par un commerçant. Il fait respecter le règlement et s’occupe de l’entretien du frigo.

Sophie, une jeune femme d’une trentaine d’année est conquise par l’idée : « si ça peut permettre à des gens dans le besoin de se nourrir correctement je suis pour. » Les étudiants, les retraités, les familles nombreuses et les SDF sont les plus touchés par la précarité. La mise en place de ces frigos en libre-service permet de lutter contre les inégalités. Pour les commerçants, l’intérêt est double. Cela leur procure une image positive et réduit leurs déchets ainsi que les dépenses de stockage et de recyclage. Une solution écologique et durable prometteuse.

La sensibilisation qui s’invite dans nos assiettes

Cependant la peur liée à la sécurité alimentaire reste très présente. Arianne, commerçante chez Bio C’ Bon n’est pas convaincue : « je ne veux pas être responsable des produits du frigo si une personne tombe malade, je sais pas d’où ça vient donc je ne veux prendre aucun risque »

Malgré la réticence de certains commerçants les frigos ont des règles strictes sur l’exposition des produits. Pour rassurer les plus méfiants, l’association Partage ton Frigo a mis en place, avec l’aide de l’Agence régionale de santé, une charte de fonctionnement. Celle-ci demande notamment aux donneurs d’étiqueter les aliments déposés en précisant leur identité et la date de consommation recommandée du produit.

Afin de mettre tout le monde d’accord, de nombreux moyens de sensibilisation fleurissent sur les réseaux sociaux. Des événements comme les apéros-frigo ou le Disco-soupe sont sollicités pour faire prendre conscience du gaspillage de chacun et de son impact sur l’environnement. Ces activités ludiques sous forme de quiz, de jeux et d’animations, avertissent le grand public. Des vidéos et des partages de sensibilisation sur les réseaux sociaux permettent d’étendre l’idée sur plusieurs villes. Une cagnotte de don est mise à disposition sur le site afin de diffuser le concept à l’échelle locale puis national.