Crédits photo : Xusenru (Pixabay)

La prostitution dit « plus vieux métier du monde » n’en reste pas moins mal vu. Aujourd’hui la France compte près de 300 000 travailleurs et travailleuses du sexe. Avec un chiffre toujours grandissant, comment s’organisent les aides apportées à ces personnes, souvent exposées à des risques d’IST, de violences et de d’addiction à la drogue ?  

Il existe plusieurs associations s’occupant de l’accompagnement des prostituées en France, c’est le cas de Grisélidis, une association Toulousaine. Leur but et de favoriser leur accès aux droits et aux soins, en les accompagnant vers le droit commun et en encourageant l’autonomisation. L’association s’occupe d’accompagner les travailleurs du sexe en leur proposant des dispositifs de contraception mais surtout un espace d’écoute et de sécurité. 

Prévention et écoute pour mieux aider

Grisélidis met en place une campagne de prévention et de sensibilisation aux IST et au VIH. Aider les travailleurs du sexe à comprendre l’importance de la protection durant tout acte sexuel est primordial puisque les prostituées sont hautement exposées à ces risques et n’en connaissent pas toujours les dangers.
Des cellules d’écoute sont mises en place et encadrées par des sociologues et infirmières afin d’accompagner aux mieux les prostituées ayant besoin d’aide. L’association sensibilise aux risques d’agressions et accompagne les victimes dans les démarches nécessaires si il y a lieu.
Sont également mis à disposition du matériel d’injection stérile et des « pailles à rouler », non pas pour inciter les prostituées à se droguer mais plutôt à les encadrer et leurs proposer du matériel propre. Comme le précise Grisélidis, « Les informations que l’association diffuse s’inscrivent dans la politique de Santé appelée : Réduction des Risques »

Un concept associatif ingénieux

A Lille, l’association Entr’actes met en circulation un « bus » avec à bord de quoi se réchauffer et se détendre. Une distribution de matériel de prévention et de réduction des risques est également proposée. Une initiative ingénieuse qui va directement au contact des travailleurs du sexe. Un bénévole de l’association nous à accordé quelques minutes sur son temps personnel pour nous confier « Ces femmes là sont souvent dans des situations précaires et il est important de les accompagner. Leur garantir un travail en sécurité est le plus important […] l’accès à la protection est indispensable. »

Véritable soulagement pour ces hommes et femmes à la situation souvent difficile, qui arrivent à trouver une certaine stabilité au sein de ces associations qui les écoutes, les épaules et les aides à améliorer leurs conditions de vie et de travail. 

Justine Seguin