La question de l’immigration est au cœur des débats de nos jours. Leur accueil et leur insertion sur le territoire français est une préoccupation nationale. L’association Solidarité Migrants, basée à Graulhet, a décidé d’agir pour leur venir en aide. Découverte de cette association auprès de Stéphanie, un de ses membres.

L’association Solidarité Migrants lors du biocybèle de Graulhet/ Solidarité Migrants

Le Tarn est un département accueillant de nombreux migrants. Depuis le 1er janvier 2018, plus de 250 ont été pris en charge. Leur trouver un logement est un vrai problème auquel est confronté le département. Le nombre d’habitations est insuffisant au vu des nombreuses arrivées. Même si un logement est trouvé, reste la question de l’insertion dans la société française. Obtention d’un titre de séjours, alphabétisation, contrat d’apprentissage… Toutes ces étapes sont un véritable défi pour les migrants s’ils ne sont pas accompagnés. Solidarité Migrants a décidé, elle, de le relever.

Mobilisation citoyenne

Cette association ne reçoit aucune subvention de la part des collectivités territoriales. Elle est totalement indépendante. Une aide financière avait été demandée à la mairie de Graulhet. Mais celle-ci avait estimé que cette association relevait du « travail des citoyens ». Et Solidarité Migrants n’a pas demandé de subvention aux autres collectivités par choix.

Une histoire de minorité

L’histoire commence à Graulhet il y a quelques années, en 2015. Six migrants sont alors mis à la porte du foyer Léo Lagrange. Cette décision avait été prise par le juge de castres. En effet, à la suite de test osseux ces jeunes ont été considérés majeurs. Or, le foyer Léo Lagrange n’accueille que des mineurs. D’où leur expulsion.

Une éducatrice spécialisée et un membre de RESF (Réseau Education Sans Frontières), apprend à Stéphanie, membre de l’association contactée, et d’autres habitants, que ces jeunes sont à la rue avec en tout et pour tout 50 euros en poche. Quatre de ces migrants sont donc accueillis par des graulhetois et un par Stéphanie. «  de là est né la nécessité de se monter en association » explique cette dernière. Il était nécessaire pour eux de s’engager.

Des actions citoyennes pour un nouveau départ

Solidarité Migrants réunit un bureau d’une dizaine de personnes ainsi qu’un réseau de 300-350 personnes. Ce réseau se propose comme aide et est contacté en cas de besoin. L’association a pour but de soutenir, aider les migrants arrivant dans le Tarn. Ses membres hébergent des réfugiés seuls ou bien des familles. Ils répondent également à leurs besoins tels que la nourriture. Et ce avec leur propres moyens.

Vient ensuite leur insertion dans la société française. Il s’agit de « les accompagner vers l’autonomie » comme l’explique Stéphanie. Ainsi, les accueillants apportent leur aide dans l’obtention d’un titre de séjour. Cela amène parfois à devoir effectuer des voyages à Paris. L’argent nécessaire à ce voyage est prêté aux migrants par les membres.

L’alphabétisation est primordiale pour évoluer dans le pays. Les migrants sont ainsi envoyés dans des dispositifs spécialisés dans ce domaine. Mais les hôtes peuvent aussi effectuer eux-même ce travail d’apprentissage de la langue. Une fois les bases maîtrisées, les réfugiés sont scolarisés dans un établissement ou suivent un apprentissage. Et ce afin de trouver un travail en France par la suite.

https://youtu.be/2XlN8y7o-IE

L’association reçoit également une aide sous forme de dons privés par des citoyens. Ainsi, que ce soit les membres de l’association ou des donateurs privés, ce sont bien les citoyens qui permettent aux migrants du Tarn de démarrer une nouvelle vie en France.