A l’occasion d’un départ en vacance ou de façon ponctuelle, de nombreux toulousains cherchent à faire garder leurs animaux. A coté des traditionnels chenils, de nouvelles solutions se développent, notamment sur internet, pour trouver un « petsitter » dans la ville rose.

Imprévu de dernière minute, courte absence ou départ en vacance, les propriétaires d’animaux savent que les faire garder est un vrai casse-tête. Pourtant depuis quelques années de nombreuses solutions se développent. Inventées pour la plupart outre-manche ou aux États-Unis, elles sont désormais accessibles à Toulouse.

La plus classique reste le chenil. Ces « pensions pour animaux » vous permettent de déposer votre compagnon à poil dans une structure adaptée et facturée à la journée. Une vingtaine d’établissements de ce type existent à Toulouse et ses alentours. Les tarifs varient de 9 euros la journée pour un chat jusqu’à 15 euros pour un gros chien.

Le particulier à particulier à le vent en poupe

En dehors des structures conventionnelles, il est également possible de faire appel à un particulier. Sur des plateformes d’annonce comme Leboncoin.fr, bon nombre de « dog-sitters », professionnels ou non proposent leurs services. Ils proposent bien souvent de rendre une petite visite facturée à votre animal pendant votre absence ou de les emmener quelques heures en balade.

Côté mobile, de nombreuses applications se développent. DogBuddy propose notamment aux propriétaires de chiens de leur trouver un hébergement pour la nuit ou juste de la compagnie le temps d’une journée ou d’une balade. Cette application est ouverte aux dog-sitters professionnels mais aussi aux amoureux de toutous. Vous pouvez vous aussi proposer vos services contre rémunération.

Attention toutefois aux arnaques en ligne. Confier son animal à un inconnu ou lui ouvrir la porte de votre maison n’est pas sans risque. Veillez à prendre toute les précautions nécessaires avant de partir. Vérifiez bien notamment les avis de la personne que vous avez engagé. N’hésitez pas également à conclure un contrat de garde et donner l’ensemble des papiers de votre bête à sa nourrice.

Plus difficile pour les NAC

Si vous possédez un NAC (nouveaux animaux de compagnie), il vous sera plus difficile de trouver comment le faire garder. Les solutions présentés sont adaptés à un chien, un chat ou même un lapin voire à une tortue. Il n’est pas certain que vous trouviez une nourrice pour votre furet, serpent, ou scorpion.

N’hésitez pas alors à demander à votre entourage ou à votre vétérinaire. Ce dernier sera vous conseiller et vous orienter vers d’éventuelles structures adaptées.

En France, chaque année, c’est près de 100.000 animaux qui sont abandonnés par an. A Toulouse, pendant l’été 2015, la SPA récupérait environ une dizaine d’animaux par jour. Pour rappel, l’abandon d’animal sur la voie publique est une infraction pénale punie par une peine de deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.